S.109, « La Haute Cour », Esvres-sur-Indre (37)

Identification du site et de la sépulture : S.109, « La Haute Cour », Esvres-sur-Indre

Département : Indre-et-Loire

Datation de la sépulture : 20 ap. à 40 ap. J.-C. (Haut-Empire)

Références bibliographiques :

Chimier et al. 2010
Chimier J.-P., Couvin F., David S., Delémont M., Kildéa F., Lusson D., Riquier S., Troubady M., Verdin P., Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire). Rue du chanoine Noël Carlotti, La nécropole gauloise et gallo-romaine de la Haute-Cour, ensemble 3., Rapport de fouille, Tours : Inrap, SRA Centre.
Chimier 2012
Chimier J.-P., « L’utilisation du bois dans l’aménagement interne des sépultures de l’ensemble 2 de la nécropole de la Haute-Cour à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Ier s. av. J-C.-IIe s. apr. J.-C. », in Carré F., Henrion F. (éd.), vol. XXIII, Saint-Germain-en-Laye : AFAM, coll. « Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne », pp. 101‑108.


S.109 est une sépulture attribuée à un enfant et datée des années 20 à 40 apr. J.-C. par le mobilier archéologique. Elle constitue un cas particulier au sein de l’ensemble 2 de la nécropole de par sa relative monumentalité et la présence de 21 objets, soit un nombre largement supérieur à celui des autres sépultures.

L’architecture interne de la tombe se caractérise par l’aménagement de parois construites en pierre et en terre le long des bords de la fosse et par la présence de clous. Deux étapes de construction ont été mises en évidence, la première destinée à la mise en place de « fondations » (phase 1c) et d’une première série de dépôts céramiques (phase 2) et la seconde à l’aménagement des parois proprement dites (phase 3). Deux autres séries de dépôts funéraires sont disposés au sein de « niches » situées dans les parois construites. L’agencement des parois sud et ouest suppose l’existence d’un coffrage interne. L’ensemble est interprété comme une l’on chambre funéraire.

S.109 a livré 81 clous ou rivets. Leur répartition spatiale et leur position stratigraphique permettent de différencier deux groupes. Le premier correspond aux éléments inclus dans les parois construites (chambre funéraire), le second aux clous situés dans la partie centrale de la tombe. Le groupe 1 témoigne d’éventuels éléments en bois intercalés dans les parois, de leur parement ou encore d’un système de couverture de la chambre. Le groupe 2 correspond aux clous mis au jour au centre de la tombe. Ils occupent un espace de plan globalement rectangulaire. Conjointement avec la disposition des céramiques qui marque un effet de délimitation linéaire, ils permettent de localiser le contenant du corps. Plusieurs couches d’aspect charbonneux (US1101, 1108 et 1109) sont interprétées comme résultant de la décomposition de bois mis en œuvre dans l’aménagement interne des tombes, ont été fouillées dans la partie inférieure de la tombe au niveau des clous du groupe 2. 1109 est une couche horizontale située sur le fond de la fosse tandis que 1101 et 1108 sont plutôt verticales. Deux couches similaires, en position verticale, 1106 et 1108, prolongent cette zone au-delà du dernier clou à l’est. Ces vestiges peuvent correspondre à différents éléments en bois : contenant du corps, coffre, aménagements du fond de la fosse, etc.

 

Pour citer cette notice :

Chimier J.-Ph., « S.109, « La Haute Cour », Esvres-sur-Indre (37), » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 14/12/2017, https://gaaf11.hypotheses.org/105

 

Télécharger la notice au format PDF

 

Esvres-sur-Indre, « La Haute Cour », vue zénithale de la sépulture S.109. © S. David, Inrap, 2008.

 

Esvres-sur-Indre, « La Haute Cour », S109, d’après Chimier 2012

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.