SP1687, « 1 rue Guynemer », Nîmes (30)

Identification du site et de la sépulture : SP1687, « 1 rue Guynemer», Nîmes

Département : Gard

Datation de la sépulture : 85-239 (Haut-Empire)

Références bibliographiques :

Grimaud, Rochette, Thomas dir. 2018
Grimaud J., Rochette M., Thomas B. dir. et al. Occitanie, Gard, Nîmes, 1 Rue Guynemer. Une nécropole de la fin de l’Antiquité à l’origine d’une église paléochrétienne. Rapport final d’opération de fouille. Inrap Méditerranée 2018, 4 volumes.


La fouille d’une petite parcelle au sud de la ville romaine de Nîmes a mis au jour une nécropole de la fin de l’Antiquité, au sein de laquelle est édifiée dans la seconde moitié du IVe siècle une église. La tombe SP1687 fait partie des plus anciennes structures funéraires mises au jour. Elle est datée par une analyse radiocarbone entre 85 et 239.

Orientée ouest-nord-nord/est-sud-sud, la chambre funéraire présente un plan quadrangulaire. Son creusement mesure 2 m de long et environ 0,60 m de large, et il conservé sur 0,80 m de profondeur. À son sommet, une ouverture permet d’accéder à la chambre funéraire. Celle-ci est caractérisée par un surcreusement de sa paroi orientale sur toute sa longueur de façon à aménager une niche latérale profonde de 0,50 m et haute de 0,55 m. Elle est fermée par une série de très grandes tuiles. La niche accueille un sarcophage en plomb. La cuve et le couvercle de ce dernier ne sont pas soudés. La cuve est faite d’une feuille de plomb, épaisse de 10 mm, initialement rectangulaire, puis à chaque angle est retiré un carré afin de pouvoir relever les faces latérales et les extrémités. Un cordon de section rectangulaire est appliqué verticalement au niveau du pliage, uniquement sur les longs côtés, puis il est soudé. La feuille du couvercle, quant à elle, présente une encoche à proximité de chaque angle, parallèle aux grands côtés et dans le prolongement de la ligne de pliage. Le petit carré de métal ainsi isolé est rabattu sur le petit côté. Le couvercle porte deux cornes en arc de cercle. Elles sont disposées, à chaque extrémité, sur l’axe longitudinal. Enfin, une croix de saint André est tracée avec une tige et marque une légère incision. Cette croix se situe entre le bord méridional du couvercle et la corne.

Ce sarcophage a été réalisé pour une défunte de 30 à 35 ans environ. Elle est placée sur le dos, la tête au nord, et repose sur un ou plusieurs aménagements en matériaux périssables : coussin et litière en végétaux et en tissus. La présence de petits escargots piégés dans la cuve en même temps que les végétaux sur lesquels ils étaient fixés témoigne du dépôt de végétaux. Par ailleurs, la bonne conservation due au plomb a permis la préservation de restes textiles. L’étude des pièces de tissus a permis de mettre en évidence leurs caractéristiques techniques. Neuf pièces de toiles différentes ainsi que des franges ont été mises en évidence. Ces dernières ornent très souvent les tuniques, ceintures, voiles et linges. L’examen microscopique des fibres des fils de chaîne et de trame a montré qu’il s’agissait majoritairement de toiles confectionnées à partir de fibres de lin, sauf une à partir de fibres de laine. Les qualités de tissus sont variées, se situant entre des toiles plutôt grossières et une plus fine mais pas exceptionnelle. Certains fragments montrent des superpositions de couches textiles, ainsi que des plis. Sur certains fragments, nous pouvons compter jusqu’à six épaisseurs. Ces différentes épaisseurs témoignent soit des mouvements naturels du tissu, soit que le tissu a été déposé plié ou sur plusieurs épaisseurs (emballage).

Pour citer cette notice :

Grimaud J. et Rochette M.,  avec la collaboration de Desplanques E., Duchesne S. Donat R., Thomas, B. – « La tombe SP1687, « 1 rue Guynemer », Nîmes (30) », in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 17/10/2018, https://gaaf11.hypotheses.org/1278.

 

Télécharger la notice au format PDF

 

Coupe de la tombe. © B. Thomas, Inrap, 2018

Vue de la tombe avec le sarcophage en plomb déposé dans la niche latérale. © J. Grimaud, Inrap, 2016

Détail d’un fragment de tissu. © E. Desplanques, université Paris IV, 2017

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.