Caveau funéraire de l’église Saint-Pierre, Épernon (28)

Identification du site et de la sépulture : Caveau funéraire de l’église Saint-Pierre, Épernon

Département : Eure-et-Loir

Datation de la sépulture : 1680-1690 (temps Modernes)

Références bibliographiques :

Blanchard et al. 2014
Blanchard Ph., Kacki S., Rouquet J., Gaultier M., « Le caveau de l’église Saint-Pierre d’Épernon (Eure-et-Loir) et ses vestiges : protocole d’étude et premiers résultats », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 53 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2167
Aubourg et al. 2017
Aubourg V., BlanchardPh., Chimier J.-Ph, Josset D., Ouvertures, réouvertures et fermetures de caveaux funéraires d’églises. Entre mémoire et oubli, présentation de cas en région Centre-Val-de-Loire. Poster présenté lors de la 9e Rencontre du Gaaf, mai 2017, Poitiers, France : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01960588


L’église Saint-Pierre d’Épernon, certainement érigée dès le XIe s., dispose d’un caveau funéraire sous son chœur. Il présente un ossuaire qui occupe la quasi-totalité de sa surface. Ce dernier a été étudié dans le cadre d’une opération programmée en 2009, publié en 2014 et le caveau a été présenté à la Rencontre du Gaaf de Poitiers en 2017.

Le caveau est une pièce rectangulaire bâtie en pierres liées au mortier de chaux blanc. L’accès se fait depuis le chœur par un escalier qui débouche dans l’axe central de la nef. Le caveau mesure environ 3,10 m par 2,9 m et 2,60 m de haut. Il est couvert par une voûte en berceau sur laquelle les traces du coffrage de bois sont observables. Le sol du caveau est constitué d’un sablon blanc à jaune pâle très fin, l’affleurement du substrat géologique. Sa fouille n’a livré ni aménagement particulier ni ossement résiduels, permettant a priori d’exclure une fonction de pourrissoir au sein du caveau. Au moment de son étude, le caveau contenait différents vestiges dont l’ossuaire, des fragments de dalles inscrites et deux corps momifiés incomplets.

La datation du caveau n’est pas assurée : il est aménagé après la reconstruction de l’église au XVIe, entre 1661 (accès au titre ducal de la famille de Goth) et 1680. A cette date il reçoit les corps de Louis de Goth et d’Anne Vialard, troisième duc et duchesse d’Épernon. Il est utilisé par la famille jusqu’en 1690 : deux autres corps y sont déposés. En 1760, en l’absence de descendants directs, le caveau est réutilisé comme ossuaire pour accueillir les os jusqu’alors contenus dans le clocher. Les ossements sont disposés de part et d’autres des cercueils encore présents. Le caveau est ouvert à plusieurs reprises : entre 1790 et 1795, lorsqu’un cercueil en plomb y est récupéré, puis en 1854 et en 1885 à l’occasion de travaux de restauration du sol. En 1940, le caveau est redécouvert et les ossements rangés. C’est certainement à ce moment que sont mélangés les restes osseux des membres de la famille ducale à ceux de l’ossuaire. Un corps momifié est alors déposé dans un cercueil vitré spécialement construit.

 

Pour citer cette notice :

Blanchard Ph., Chimier J.-Ph.,  » Caveau funéraire de l’église Saint-Pierre, Épernon (28), » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 19/12/2018, https://gaaf11.hypotheses.org/105.

Retour vers le programme <<<

Télécharger la notice au format PDF

 

Épernon, Caveau funéraire de l’église Saint-Pierre, coupes du caveau et projections schématisées des ensembles osseux de l’ossuaire. © M. Lérisson et Ph. Blanchard, Inrap, 2009-2014.

 

Épernon, Caveau funéraire de l’église Saint-Pierre, vue de détail de l’ensemble 5 de l’ossuaire. © Ph. Blanchard, Inrap, 2009.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.