Caveaux pourrissoirs de l’église paroissiale, Saint-Mesme (78)

Identification du site et de la sépulture : Caveau pourrissoir, Eglise Paroissiale, Saint-Mesme

Département : Yvelines   >>>Carte

Datation de la sépulture : fin du XVe siècle début du XVIe (période : Temps Modernes)

Références bibliographiques :

Gélis, Immel 2017
Gélis J., Immel J.-J., Rites funéraires et sentiment de la mort : du caveau-pourrissoir à la crypte à cercueils. Beauce, Hurepoix et Gâtinais (XIIIe-XIXe siècles) », Essonne et Hurepoix, Bulletin de la société historique et archéologique de l’Essonne et du Hurepoix, 2017, pp. 71-116.
Charlier et al. 2009
Charlier Ph. et alii, Les pourrissoirs médiévaux de l’église paroissiale de Sainte-Mesme (Yvelines) ; étude architecturale et ostéo-archéologique, actes du 2e colloque international de pathographie, Loches, avril 2007, Paris, De Boccard, p. 229.


C’est au cours des années 2006 et 2007 que des fouilles archéologiques ont eu lieu dans l’église paroissiale de Sainte-Mesme (78), un édifice datant des XIIIe-XIVe siècles, pour identifier deux pourrissoirs dont le souvenir avait disparu de la mémoire collective depuis au moins deux générations. Le plus ancien des deux pourrissoirs de Sainte-Mesme est vraisemblablement celui situé sous le chœur de l’église ; il fut redécouvert lors d’une prospection géophysique en octobre 2005. On ne connaît pas la date de construction de ce pourrissoir. Le second se situe au sud dans la chapelle Sainte-Anne et ne parait pas antérieur à la construction de celle-ci, soit fin du XVe ou au début du XVIe siècle. On accède au caveau du chœur par une trappe aujourd’hui scellée et un escalier comprenant huit marches maçonnées. Un petit passage vertical de 1,33m de hauteur et 0,97m de largeur permet de pénétrer dans la crypte. La hauteur de la voûte hémisphérique est de 2,50m à son sommet. Le caveau se compose en fait de deux fosses parallèles de 3,20m de longueur, 1,26m de largeur et 0,80m de profondeur, séparées par un muret de moellons chaulés recouvert, à l’origine, de neuf poutrelles en bois enfoncées dans les murs périphériques. Ces poutrelles aujourd’hui disparues étaient assez rapprochées puisqu’elles étaient destinées à recevoir les cadavres le temps de leur décomposition. La fouille archéologique a permis de découvrir les restes de deux individus, un adulte et un enfant, déposés sans doute au moment de la phase d’abandon du pourrissoir, au XVIIIe siècle. Point important : ce caveau a été l’objet de bouleversements à la Révolution lorsqu’on a récupéré le plomb des cercueils. L’adulte, de sexe masculin, d’une taille de 1,68m, présentait un mauvais état buco-dentaire. De, l’enfant, de sexe indéterminé, ne subsistait que le crâne qui présentait des traces de découpe avec sciage complet de la calotte et dépôt de produits d’embaumement. De nombreux fragments de plombs, de clous de cercueils, de céramique, de chaux étaient associés aux squelettes. Des graffitis datés des XVIIIe et XIXe siècles, découverts sur les parois de la voûte du caveau, matérialisent les visites dont il a fait l’objet au cours de cette période.

Contrairement au pourrissoir nord, l’accès au pourrissoir de la chapelle Sainte-Anne, obturé par quatre dalles, s’effectue par un boyau horizontal de 2,44m de longueur pour 0,90m de largeur et 1,35m de hauteur. Le sol de ce boyau est revêtu de carreaux de terre cuite. Ce pourrissoir a vraisemblablement été bâti lors de la construction de la chapelle Sainte-Anne fin du XVe siècle début du XVIe siècle par Aymard de Poysieu seigneur du lieu. Un rétrécissement en pierre de taille mesurant 0,77m de large pour 0,57m de hauteur, donne accès au caveau proprement dit dont les dimensions sont les suivantes : longueur 2,62m, largeur 2 ,10m pour une hauteur de voûte de 2,03m. Comme le caveau précédent, celui-ci comporte deux cuves séparées par un muret central sur lequel reposent trois barres de fer rond de 6cm de diamètre, scellées dans le mur. Contrairement aux poutrelles en bois relativement serrées du premier caveau, ici l’espacement des barres métalliques ne pouvait permettre d’y disposer les cadavres en attente d’un pourrissement des chairs. Elles étaient vraisemblablement destinées à y recevoir des cercueils et ont du être scellées plus tardivement que dans le précédent caveau. Ce qui témoigne d’un changement d’affectation du caveau : le pourrissoir est devenu dépôt de cercueils. Et sans doute faut-il voir dans cette mutation le résultat d’une évolution du sentiment de la mort à partir du début du XVIIIe siècle. Un petit tas d’ossements a été retrouvé à 0,10cm de profondeur. Ces restes évoquaient une réduction intéressant au moins quatre individus. Des clous en fer forgé, ainsi que quelques tessons de céramique, ont pu être datés du XVe-XVIe siècle.

Une recherche sur les inhumations dans l’église de Sainte-Mesme effectuée à partir des registres paroissiaux a été publiée en 2012 dans le bulletin de « l’Association Historique et Archéologique de Sainte-Mesme ». On y a recensé l’identité des individus déposés dans le caveau du chœur : entre 1684 et 1785, ce sont huit personnes qui ont été identifiées comme ayant été inhumées « dans le caveau du chœur » de l’église, et six personnes l’ont été dans la chapelle Sainte-Anne entre 1733 et 1778. Le milieu ayant été bouleversé par la violation des sépultures à la Révolution, seuls quelques débris osseux ont été retrouvés dans les deux caveaux, comme on l’a signalé plus haut.

 

Pour citer cette notice :

Gélis J.,  » Caveaux pourrissoirs de l’église paroissiale, Saint-Mesme (78)  » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 09/02/2019, https://gaaf11.hypotheses.org/2081.

Retour vers le programme <<<

Télécharger la notice au format PDF

 

Saint-Mesme (78), église Paroissiale, les graffitis du pourrissoir du chœur. © Jean-Jacques Immel.

 

Saint-Mesme (78), église Paroissiale, intérieur du caveau de la chapelle Sainte-Anne. Les barres en métal sur lesquelles étaient déposés les cadavres sont toujours en place. © Jean-Jacques Immel.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search