Typo-chronologie des inhumations du Haut-Empire à l’époque contemporaine en PACA. Où en est-on 25 ans après la dernière synthèse régionale ?

Mardi 04 juin, 14h30

Typo-chronologie des inhumations du Haut-Empire à l’époque contemporaine en PACA. Où en est-on 25 ans après la dernière synthèse régionale ?

A. Lattard, G. Granier, A. Richier, C. Rigeade, M.-J. Ancel, A. Baradat-Joly, A. Bouquet, A. Civetta, M. Cobos, M. Dadure, E. Henrion, J. Michel, D. Ollivier, S. Parmentier, E. Sagetat et N. Weydert

 

Jusqu’à aujourd’hui les sites en PACA ont souvent été datés sur la base des deux seuls référentiels typo-chronologiques présents, établis par S. Gagnière (1965) et M. Colardelle (1983 et 1996). Leur utilisation a persisté malgré une obsolescence souvent pointée lors de leur application. Ces travaux n’ont cependant jamais fait l’objet d’une réactualisation. La multiplication de nouvelles données, associée à l’emploi de nouvelles méthodes, permet d’un point de vue régional d’obtenir un référentiel riche, qui s’étend de l’Antiquité gallo-romaine à la période contemporaine. Nous avons fait le choix de ne pas traiter la période néolithique et protohistorique : les données présentes en PACA étant encore trop lacunaires pour envisager une synthèse pertinente sur ces périodes. Le nouveau travail de synthèse que nous proposons permet de reconsidérer et de redéfinir, à la lumière des avancées archéo-thanatologiques, certaines catégories établies précédemment. Par exemple, certains cas particuliers tels que les inhumations « en pleine terre » ainsi que les divers contenants en matière périssable ont dû être intégralement reconsidérés. De la même manière, certains types ont fait l’objet d’un reclassement, notamment les anciennes dénominations de sépulture rupestre, coffrage ovale et tombe anthropomorphe. Une réflexion particulière a également été menée sur l’usage non anecdotique de contenants multiples sur les périodes considérées. À l’issue de ce travail, nous proposons une révision du calage chronologique pour chaque type. Le contexte géoculturel des sites funéraires retenus a bien entendu été pris en compte (urbain, rural, religieux…). Des phénomènes évolutifs clairement visibles dans les modalités d’inhumation selon les sites complexifient d’ailleurs la classification typo-chronologique. Ces processus de rupture/continuité semblent être des clés d’entrée intéressantes pour aborder les temporalités et les évolutions régionales. Pour la région PACA, ce travail a l’ambition de fournir un outil pertinent et adapté qui facilitera l’appréhension des faits et des ensembles funéraires en fonction de leur contexte propre.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Une pratique funéraire atypique : la persistance des architectures funéraires sous tegulae au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècles)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search