Du tafoni à l’arca : inhumer en Corse du Mésolithique à l’Époque moderne

Mardi 04 juin, 14h00

Du tafoni à l’arca : inhumer en Corse du Mésolithique à l’Époque moderne

C. Rigeade, L. Vidal, A. Bergeret, L. Casanova, J. Cesari, A.-G. Corbara, P. Courtaud, V. Fabre, P. Ferreira, J. Hernandez, E. Lanoé, F. Léandri, K. Peche-Quilichini et P. Tramoni

En Corse, la nature géologique des sous-sols (schiste, granit, calcaire…) assure une mauvaise conservation des restes humains, si bien que rares sont les sépultures où l’on peut lier architecture et sujet inhumé. Certains contextes taphonomiques s’avèrent malgré tout favorables à une conservation des restes osseux. Jusqu’à aujourd’hui pour toutes les périodes, c’est l’utilisation des référentiels méditerranéens au sens large qui est privilégiée. Pour les périodes anciennes, trois sépultures mésolithiques sont recensées, dont une récemment découverte sur le site de Campu Stefanu (Corse du Sud). Ce dernier a également livré une sépulture collective du Néolithique.

Pour l’âge du Bronze, seule la fabuleuse découverte de Lano (Haute-Corse) en 2016 apporte des informations archéo-anthropologiques. En effet, à l’exception des fouilles archéologiques précédemment citées, aucun dispositif funéraire livrant des ossements humains n’a été retrouvé pour la période allant du Néolithique à l’âge du Fer. En ce qui concerne la période antique, celle-ci est actuellement en plein renouvellement grâce à la fouille préventive en cours de Lamajone à Aléria (Haute-Corse). Les premières datations réalisées au cours du diagnostic donnent un intervalle chronologique allant du début du Ier siècle au tout début du IIIe siècle notre ère. La typologie de l’architecture funéraire fait apparaître une grande variété qui diffère de celle rencontrée dans la région PACA et le Languedoc-Roussillon pour des sites contemporains. Les réceptacles employés allant de la simple fosse avec couverture de tuiles au coffrage de briques maçonnées.

En ce qui concerne la période de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, les données les plus conséquentes collectées au cours des quinze dernières années sont à l’heure actuelle issues des fouilles menées sur trois ensembles funéraires associés à des cathédrales épiscopales où environ 300 sépultures ont été mises au jour sur une période chronologique allant du Ve au XVe siècle, auxquelles s’ajoutent les données issues des opérations d’archéologie préventive autour d’édifices de culte secondaires. La diversité des typologies observées s’insère globalement dans celle retrouvée dans le bassin méditerranéen nord-occidental. On note, cependant, des décalages chronologiques et des spécificités, avec notamment une persistance de types anciens assez longue, tandis que certaines architectures apparaissent plus tardivement. Les vestiges de la Période moderne n’ont été pris en compte en Corse, que très récemment avec le développement de l’archéologie préventive et des nombreux travaux engagés sur les édifices religieux. La spécificité de cette période chronologique s’illustre avec la mise en place d’arca, caveaux voutés renfermant plusieurs individus. Par exemple, le site de l’église paroissiale de San Marcello à Aléria a livré en 2010, un caveau comprenant un sujet daté au plus tôt du XVIe siècle. Hormis cette spécificité architecturale, cette période s’est enrichie de la fouille de l’ensemble funéraire de la caserne Montlaur à Bonifacio (Corse du Sud) en 2017 qui a mis au une quarantaine de sépultures datées des XVIIe – XVIIIe siècles. Il s’agit de simples fosses en pleine terre dépourvues de réceptacle en matière périssable, probablement en relation avec un établissement sanitaire.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Une pratique funéraire atypique : la persistance des architectures funéraires sous tegulae au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècles)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.