Typo-chronologie discontinue des sépultures à inhumation : le constat francilien

Mardi 04 juin, 09h30

Typo-chronologie discontinue des sépultures à inhumation : le constat francilien

C. Buquet-Marcon, L. Pecqueur, I. Abadie, P. Brunet, P. Lawrence-Dubovac, C. Le Forestier, A. Lebrun, E. Louesdon, D. Maguin, A. Mayer, J.-G. Pariat, A. Samzun, A. Thomas et E. Wermuth

>>>Carte

Cette communication a pour objectif de travailler sur l’ensemble du territoire francilien avec comme objectif la reprise des données archéologiques qui ont abouties à quelques essais de typologies périodiques, mais également à l’exploitation des exemples non pris en comptes ou nouveaux depuis les quelques travaux de synthèse précédemment publiés, dont la portée n’est pas toujours régionale. Le but est d’obtenir une vision la plus précise possible de la diversité des gestes et programmes funéraires. En effet, nous utilisons au quotidien des poncifs pseudo-typo-chronologiques pour tenter d’orienter, dans une perspective chronologique, des découvertes archéologiques au premier coup d’œil : l’orientation de la tombe, la position en extension ou en flexion du corps, les dimensions de la fosse (etc.) sont autant d’éléments qui paraissent pertinents pour une première approximation. Cependant, il est apparu que la proportion de tombes particulières pouvait imputer la validité de tout essai de typo-chronologie, notamment pour certaines périodes (Néolithique et âge du Bronze).

Notre volonté est donc d’essayer d’illustrer au mieux l’ensemble de la chronologie sans pour autant brosser un tableau exhaustif des pratiques ou de définir des évolutions d’une période à une autre. Nous avons cherché à inclure au corpus général, les sépultures ou types de sépultures, présentant à la fois des datations bien établies, que ce soit par radiocarbone, stratigraphie ou typologie d’objets associés, et une information archéologique suffisante pour travailler sur le mode de dépôt et les questions d’architecture funéraire. Le but est de mettre en avant ces nouveaux apports mais aussi de confronter nos résultats aux hypothèses précédentes et en soulignant les lacunes, le cas échéant. Enfin, certaines périodes ne sont presque pas abordées car très peu documentées malgré l’intensification de l’aménagement du territoire francilien et des opérations préventives.

Retour vers le programme <<<


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search