Premiers résultats d’une ébauche de typo-chronologie des tombes à inhumation en Champagne-Ardenne

Lundi 03 juin, 16h00

Premiers résultats d’une ébauche de typo-chronologie des tombes à inhumation en Champagne-Ardenne

S. Desbrosse-Degobertière, C. Paresys, Ch. Bailliff-Ducros, I. Le Goff, I. Richard et S. Thiol

>>>Carte

Dans l’art subtil de l’analyse d’une tombe, l’absence de mobilier interdit parfois la détermination de sa datation. Cependant, cette lacune peut quelquefois être corrigée grâce à des spécificités de la tombe (forme ou aménagement de la fosse, position du corps…) qui peuvent être des indices chronologiques forts. Ces éléments, associés aux datations radiocarbone et à l’analyse stratigraphique, permettent d’élaborer des chrono-typologies. En région Champagne-Ardenne, quelques chrono-typologies ont été effectuées sur certains critères dans le cadre de projets de publication par période, notamment sur le Néolithique ancien ou l’âge du Fer. Cependant, il n’existe pas de synthèse globale inter chronologique en région. Ainsi il serait intéressant de comparer les tombes coffrées de la fin de l’âge du Bronze avec celles de l’Antiquité, pour étudier leurs modalités de construction. De même, les tombes à niche du Néolithique sont-elles équivalentes aux tombes à niche de la période Antique ?

Comme nous le voyons, les grands traits sont connus par période, mais cette communication sera donc l’occasion de faire une première synthèse globale suivant plusieurs axes. Ne seront prises en compte ici que les sépultures primaires à inhumation, datées par radiocarbone ou par le mobilier. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la fosse sépulcrale (forme, aménagement…) puis aux différents types de contenant (matière périssable, pierre, plâtre…).

Nous évoquerons les assemblages des mobiliers. L’inhumé ne sera pas oublié, sa position d’inhumation, son sexe et son âge au décès seront des éléments déterminants qui nous permettront d’identifier (ou non) des récurrences, pouvant ensuite aboutir à des « normes funéraires », selon les périodes. Dans la mesure du possible et si les données nous le permettent, nous tenterons l’exercice sur la chronologie la plus étendue possible. D’un point de vue géographique, si la communication se limite aux frontières de l’ancienne région Champagne-Ardenne, les échanges avec les collègues de Lorraine et de Bourgogne permettent de proposer une grille d’analyse similaire grâce à la mise en place d’une base de données commune. Cette dernière devrait faciliter grandement les comparaisons tant sur le plan cartographique que statistique.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Sp 113, « le Paradis », Arcis-sur-Aube (10)

Sépulture 63, « La Garenne », Villenauxe-la-Grande (10)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.