La gestion des différentes méthodes de datations dans le cas des inhumations de Villenauxe-la-Grande (Aube, 10). L’apport des statistiques bayésiennes et du logiciel ChronoModel

Lundi 03 juin, 11h30

La gestion des différentes méthodes de datations dans le cas des inhumations de Villenauxe-la-Grande (Aube, 10). L’apport des statistiques bayésiennes et du logiciel ChronoModel

L. Sanson, Ph. Lanos et J. Maestracci

La fouille de la nécropole de Villenauxe-la-Grande, sur le tracé du Gazoduc « Arc de Dierrey » a mis en évidence 44 sépultures pour 51 défunts. Elles appartiennent à deux phases distinctes et discontinues d’une même nécropole : l’Antiquité tardive (IVe siècle de notre ère) et le haut Moyen Âge (VIIIe-IXe siècles). La configuration particulière du décapage, cantonnée à une largeur maximale de 4 mètres, interdit toutefois d’avoir une vision complète de la nécropole.

L’enjeu, dans ce cas, est de prendre en compte les différents résultats de datation obtenus à l’échelle d’un individu. En effet, du mobilier, parfois abondant et de qualité, retrouvé en association avec les défunts (céramique, métal, verre) a pu être étudié et daté via des rapprochements typo-chronologiques. La présence de mobilier associé concerne principalement la phase de l’Antiquité tardive. Quelques monnaies retrouvées dans la bouche ou les mains des défunts fournissent aussi une borne de datation inférieure (TPQ), une date « plancher ». Une datation radiocarbone a également été réalisée sur tous les squelettes, une par individu. Enfin, quelques recoupements donnent des informations stratigraphiques (relations d’antéro-postériorité).

La synthèse, à l’échelle de la nécropole, de toutes ces méthodes de datations (typo-chronologie pour le mobilier, TPQ pour les monnaies, carbone 14 et recoupement stratigraphique) a pu être menée via l’utilisation des statistiques bayésienne au travers du logiciel ChronoModel. Les intervalles de confiance à 95% restitués permettent d’obtenir une grande finesse dans les fourchettes des datations obtenues et permettent même, dans certains cas, de voir les successions des inhumations et les intentions qui ont guidé ces dernières. Mais surtout, à la suite d’un traitement mathématique, il rend possible le dialogue parfois complexe entre les différents intervenants qui travaillent sur les questions de datations et la chronologie, quelle que soit la méthode employée.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Sépulture 63, « La Garenne », Villenauxe-la-Grande (10)

Vue en cours de fouille de la tombe 63. © Bastien Prévôt

Villenauxe-la-Grande, « La Garenne », Sépulture 63 : relevé en plan et en coupe, mobilier et synthèse des datations.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search