La typologie des sépultures : objectifs, écueils et classification

Lundi 03 juin, 10h30

La typologie des sépultures : objectifs, écueils et classification

F. Blaizot

La typologie des sépultures contribue à aborder non seulement le rapport que les sociétés du Passé entretiennent avec la mort, mais également des changements historiques majeurs, qu’ils soient religieux, culturels ou sociaux. Dans les contextes archéologiques, où la très grande majorité des architectures n’est pas conservée, l’élaboration typologique passe par une analyse préalable des vestiges destinée à restituer les dispositifs funéraires. Cependant, tout ce qui ne se traduit pas par des anomalies sédimentaires ou taphonomiques échappe à la typologie (doubles parois, forme du couvercle, modalités d’assemblage…), qui de fait, repose principalement sur des modèles génériques. Or, ces derniers sont-ils opérants pour répondre aux questions qui sont actuellement les nôtres en archéologie ? La démarche comparative, qui consiste à travailler sur des dispositifs en pierre ou en tegulae, ou issus de contextes favorables à la conservation des matériaux, permet dans certaines circonstances de définir les incidences de telle ou telle construction sur le squelette, et dans tous les cas d’élargir le champ des possibles. Toute construction typologique doit impérativement passer par une révision de l’ensemble du corpus.

La chronologie est l’objectif premier de la typologie car, les aspects culturels et sociaux n’ont un sens que dans un contexte précis. Toute la difficulté consiste à sélectionner les paramètres et à les classer en catégories hiérarchisées ; en effet, la classification des paramètres doit à la fois révéler les caractères structurants de la structure funéraire et autoriser d’en caractériser la variabilité. Afin de résoudre l’ensemble des difficultés, il semble préférable de choisir les critères non pas en fonction de la fonction supposée d’un ouvrage, mais de sa conceptualisation ; je propose alors une classification en trois rangs principaux auxquels on peut adjoindre des rangs supplémentaires uniquement lorsque les séries prises en compte le permettent. Il convient également de s’accommoder de types très généraux, tels que « contenants de planches non clouées » par exemple, susceptibles de recouvrir des réalités différentes. La spécialisation éventuelle et les différences de statut entre les sites demandent de prendre en compte le plus grand nombre de sites possible, et de travailler par secteurs géographiques de manière à éviter les biais engendrés par les systèmes sous-jacents qui sont exprimés dans la chronologie (social, culturel). Enfin, les plages chronologiques obtenues par le radiocarbone et celles par le contexte et la chronologie relative n’étant pas égales, il convient préalablement d’examiner les deux corpus séparément, et à terme de travailler avec un logiciel de traitement de données plurielles.

Retour vers le programme <<<


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search