Le pourrissoir 126, Eglise de La Madeleine, Saint-Émilion (33)

Identification du site et de la sépulture : Pourrissoir 126, Église de La Madeleine, Saint-Émilion (33)

Département : Gironde   >>>Carte

Datation de la sépulture : 1276-1390 (période : Bas Moyen-Age)

Références bibliographiques :

Sauvaitre N. (dir.) 2018
Armel Bouvier, Coralie Demangeot, Francis Dieulafait, Nicolas Garnier, Précillia Haguet, Fanny Larre, Natacha Sauvaitre – Église de La Madeleine, Saint-Emilion (Gironde). Rapport final d’opération archéologique, Bordeaux : Hadès, 2 volumes.


Le cimetière attenant à l’église Sainte Marie-Madeleine, érigée au cours du XIe siècle sur le plateau dominant la vallée du Fongaban à Saint Emilion (33), livre quatre niveaux d’occupation allant de la fin du XIe siècle jusqu’au XVIIe siècle. Entre le XIIIe et le XIVe siècle, le fonctionnement funéraire parait marqué par l’utilisation de pourrissoirs plus que par la pratique de l’inhumation individuelle.

 

Le caveau-pourrissoir 126 se localise à l’intérieur de l’avant-corps érigé en avant de la façade de l’église, contre la paroi interne du mur nord. La tombe présente un contour en plan quadrangulaire mesurant 1,98 m de long sur 0,74 m de large. Il s’agit d’une structure mixte, à la fois rupestre et maçonnée. Le dispositif de couverture est constitué d’une série de 5 dalles posées à plat dont les dimensions sont régulières (60x30x12 cm).

Le tiers supérieur de la cuve présente un contour en plan trapézoïdal, doté d’une logette céphalique quadrangulaire de 0,27 m de long, 0,24 m de large et 0,38 m de haut, taillée dans le support d’angle nord-ouest de l’avant-corps.

D’abord creusées dans le rocher, les parois latérales sont ensuite maçonnées, composées d’un appareil régulier allongé dont le niveau supérieur se situe à 79,70 m NGF. Elles sont constituées de 4 assises de pierre calcaire coquillée, assemblées à l’aide d’un joint beurré composé d’un mortier terreux marron parfois associé à des fragments de tuile.

Les traverses sont installées dans les parois nord et sud de la tombe, au sommet de la deuxième assise, la troisième venant combler les espaces situés entre les traverses. Une fois disposées, elles ont bénéficié d’un dispositif de calage constitué de fragments de TCA et d’éclats de calcaire. Elles ont été taillées dans un calcaire coquillé blanc fin et présentent des dimensions standardisées (20 cm de large pour 10 cm d’épaisseur, la longueur s’adaptant à celle de la cuve). Chacune a fait l’objet d’une reprise de taille au moins à l’une de ses extrémités afin de permettre son insertion au sein de son logement aménagé dans la paroi bâtie.

L’ouverture de la tombe à la fin de la campagne conduite en 2016 a permis de découvrir des ossements encore en position primaire sur les traverses. Les restes sont ceux d’un sujet de plus de 18 ans et de sexe indéterminé.

La datation réalisée par 14C sur l’un des ossements de cet individu a donné le résultat suivant : 670 ± 25 BP calibré 2-sigma 1276-1390 AD.

La fouille et l’analyse spatiale de l’assemblage osseux formé au sein de la cuve est en cours et se poursuivra sur les prochaines campagnes. Néanmoins, les premières données de l’étude indiquent déjà la présence de 12 individus au moins, des deux sexes et de tout âge. La cartographie réalisée grâce aux enregistrements photogrammétriques des restes osseux permet déjà d’appréhender leur distribution dans l’espace.

Retour vers le programme <<<

Pour citer cette notice :

Coralie Demangeot et Natacha Sauvaitre  » Le Pourrissoir 126, Église de La Madeleine, Saint-Émilion (33) » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 20/05/2019, https://gaaf11.hypotheses.org/2454.

 

Télécharger la notice au format PDF

 

Saint-Emilion, Église de la Madeleine, vue zénithale du pourrissoir 126, ©Hadès, 2016

 

Saint-Emilion, Église de la Madeleine, relevé en plan et en coupe du pourrissoir 126, ©Hadès, 2016

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search