L’évolution des pratiques funéraires dans les chapelles seigneuriales (XVe-XXIe siècles)

Mercredi 05 juin, 15h30

L’évolution des pratiques funéraires dans les chapelles seigneuriales (XVe-XXIe siècles)

J. Gélis

Les pratiques de sépultures ont beaucoup varié au cours du temps, parfois lentement, parfois plus rapidement, à l’image de ce qui se passe aujourd’hui avec le recours croissant à l’incinération. De tels changements sont le signe d’une forte mutation culturelle. Les rites de naissance et de mort constituent en effet des marqueurs essentiels de la société puisqu’ils révèlent sa manière d’appréhender la vie et la mort. L’Église a joué un rôle important dans le rituel funéraire des débuts de l’ère chrétienne à nos jours. Elle s’est efforcée de canaliser le souhait des fidèles à être ensevelis dans l’espace restreint mais privilégié qu’était le sanctuaire. Seuls les hommes d’Église et les privilégiés du rang et de la fortune pouvaient prétendre à l’espace sacré alors que les plus humbles, et les plus nombreux, étaient ensevelis à partir du Xe siècle dans le cimetière communautaire. Mais cette limitation ne suffisait pas toujours car au fil des ans la place venait à manquer. Le sol se haussait significativement sous l’empilement des corps dont la décomposition empuantissait le lieu saint. La place venant à manquer, il fallait procéder à des réductions de corps après décarnisation du cadavre. Et c’est dans ce contexte qu’était apparu le pourrissoir. On s’intéressera plus particulièrement au caveau des chapelles seigneuriales entre leur apparition à la fin du XVe et le début du XXIe siècle, d’abord caveau-pourrissoir puis caveau entrepôt de cercueils lorsque commença à changer le sentiment de la mort à partir de la fin du XVIIe siècle. La découverte récente de pourrissoirs en Bretagne et dans le sud-ouest conduit à s’interroger sur leur structure et sur les modalités de leur fonctionnement jusqu’à nos jours malgré la législation sur les sépultures, en particulier en Beauce, Hurepoix et Gâtinais.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Caveau pourrissoir, Eglise Paroissiale, Saint-Mesme (78)

Caveau funéraire de l’église Saint-Pierre, Épernon (28)

Pourrissoir 126, Église de La Madeleine, Saint-Émilion (33)

Caveau-pourrissoir, église de Ste-Mesme (78) © J. Gélis

 

Plaques d’identification, caveau de Louville-la-Chenard (28). © J. Gélis

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search