Les caveaux-pourrissoirs. État de la recherche, le cas particulier du cimetière de la Madeleine (Saint-Emilion, 33)

Mercredi 05 juin, 14h30

Les caveaux-pourrissoirs. État de la recherche, le cas particulier du cimetière de la Madeleine (Saint-Emilion, 33)

N. Sauvaitre, C. Demangeot avec la collaboration de P. Haguet

La fouille programmée débutée en 2012 sur le plateau de la Madeleine à Saint-Emilion (Gironde) a permis de mettre au jour les vestiges d’une église romane (dernier quart du XIe-première moitié du XIIe siècle) et son cimetière qui perdure, quant à lui, jusqu’au XVIIe siècle. Plus de 190 tombes ont été mises au jour. Parmi elles, 21 caveaux-pourrissoirs ont été référencés. L’ouverture de l’un d’eux a permis de découvrir des ossements encore en position primaire sur les traverses : éléments du rachis, du membre supérieur (radius et ulna gauches) et de main (métacarpiens et phalange moyenne) sur les deux traverses de la moitié ouest, os longs des membres inférieurs sur les deux traverses de la moitié est (genoux en connexion anatomique lâche, tibias et fibulas en connexion anatomique stricte). Le reste a chuté dans le volume sous-jacent au sein duquel se trouve un important amas osseux en position secondaire. Une datation radiocarbone, réalisée sur le troisième métacarpien droit du sujet, permet de caler l’utilisation de cette structure entre le dernier quart du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle.

Cette découverte offre la possibilité de réaliser une étude tout à fait originale d’un pourrissoir avéré selon une méthodologie adéquate. Une plateforme de type échafaudage est aménagée au-dessus de l’assemblage osseux pour la préservation des vestiges mais également pour la sécurité de l’archéologue. Ce type d’installation permet de maintenir à chaque décapage l’intégralité des vestiges en place. Chaque ossement est ainsi référencé et géo-localisable. L’ensemble des données acquises à ce jour montrent que cette structure correspond à une sépulture multiple primaire livrant les restes d’individus de tout âge et des deux sexes. Il comporte au minimum 12 individus : 6 sujets de plus de 20 ans, 2 sujets sub-adultes et 4 immatures. Les sujets sont majoritairement déposés sur les traverses la tête à l’ouest. La présence de quelques restes fragmentaires de matière organique (cuir ?) suggère des dépôts habillés. Même s’il faudra malheureusement attendre d’avoir achevé la fouille des cuves, il est d’ores et déjà possible d’émettre l’hypothèse quant à la fonction du caveau-pourrissoir. Ce dernier était destiné à recevoir les corps des défunts indépendamment de leur âge ou de leur sexe. À La Madeleine, ces structures n’étaient donc pas réservées à une catégorie sociale mais bien ouvertes à tous. Compte tenu de la densité de tombes sur ce secteur funéraire de Saint-Emilion, une telle pratique répond vraisemblablement à une forte demande et donc à la nécessité de gérer un espace restreint en accroissant la superficie.

La quantité de pourrissoirs mis au jour (et suspectés) interroge. Cette pratique est plus exigeante qu’une simple mise en terre. Leur installation a imposé une surélévation du sol et des niveaux de circulation. Cela implique qu’il a fallu édifier toutes ces structures simultanément. Ce mode d’inhumation a donc été prévu en amont, ce qui traduit une parfaite gestion de l’espace funéraire et une relative connaissance de la mortalité. En parallèle à la fouille, une base de données a été élaborée grâce au logiciel Filemaker afin de compiler le maximum d’information. Trois grandes familles ont été répertoriées sur le site de La Madeleine: les rupestres, les maçonnés et les mixtes (mi-bâti/mi-maçonné). À partir du contour de la cuve, des sections des traverses et de la présence ou non de logette céphalique, des sous-familles peuvent être identifiées. Cette diversité contribue à composer un premier essai de typologie.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Caveau pourrissoir, Eglise Paroissiale, Saint-Mesme (78)

Pourrissoir 126, Église de La Madeleine, Saint-Émilion (33)

Vue générale du site à l’issue de la campagne 2018 © Hadès

 

Saint-Emilion, Eglise de la Madeleine, vue zénithale du pourrissoir 126. Restes osseux du dernier individu inhumé. ©Hadès, 2016


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.