Les réductions de corps : évolution des « tendances » d’un geste de fossoyage, entre gestion de l’espace sépulcral et rapprochements sociaux. L’exemple du cimetière des frères Prêcheurs à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)

Mercredi 05 juin, 14h00

Les réductions de corps : évolution des « tendances » d’un geste de fossoyage, entre gestion de l’espace sépulcral et rapprochements sociaux. L’exemple du cimetière des frères Prêcheurs à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)

M. Cobos et A. Bouquet

Le cimetière des frères Prêcheurs a été mis au jour lors du projet de réhabilitation des places Verdun- Prêcheur, dans le centre historique d’Aix-en-Provence, entre septembre 2016 et avril 2017. Il a livré 285 sépultures et 50 dépôts secondaires datés entre le XIIIe et le XVIIe siècle. Il ne s’agit pas ici d’exposer une typo-chronologie des remaniements d’ossements  pour les quatre siècles d’occupation du cimetière, mais d’entamer une réflexion autour des « tendances » de la pratique du fossoyage qui évoluent dans le temps.

En ce qui concerne les gestes de fossoyage identifiés par l’archéologie dans les cimetières, l’intention initiale de ces professionnels de la mort nous échappe, au moins en partie. En effet, la réduction de corps est souvent attribuée à la gestion de l’espace cimétérial, comme réponse à un souci de surface disponible. Mais qu’en est-il au juste lorsque l’espace ne semble pas manquer, comme c’est le cas du cimetière attaché au couvent des Prêcheurs à Aix ? On y a relevé, en effet, des concentrations ayant entraîné des recoupements et des réutilisations d’emplacement, alors qu’au même moment, certaines zones du cimetière restent vierges d’inhumations. Pouvons-nous dans ce cas détecter une volonté de rapprochement(s) des individus ou sommes-nous face à une organisation de l’espace cimétérial. Une zone funéraire serait-elle alors utilisée jusqu’à saturation puis abandonnée en faveur de la suivante ?

De manière chronologique, nous présenterons les types de remaniements osseux et leur répartition au sein du cimetière. En basant notre réflexion sur les publications antérieures, nous reviendrons sur la distinction entre réutilisation de la tombe et réutilisation d’emplacements et sur les ré-interventions post-sépulcrales découlant de ces gestes (réduction avec et sans transfert des ossements et dépôts secondaires). L’objectif de cette communication est double : proposer une réflexion sur la présence ou l’absence de « tendances » typologiques des remaniements, à travers l’exemple d’un cimetière occupé de manière continue du Moyen Âge à l’Époque moderne. Mettre en parallèle ces données avec l’abandon progressif du geste de la réduction des corps par les fossoyeurs à l’Époque moderne.

Retour vers le programme <<<


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.