Quels modes d’inhumation au temps des grandes mortalités médiévales et modernes ? Essai de typo-chronologie des structures d’enfouissement des victimes d’épidémies

Mercredi 05 juin, 11h00

Quels modes d’inhumation au temps des grandes mortalités médiévales et modernes ? Essai de typo-chronologie des structures d’enfouissement des victimes d’épidémies

S. Kacki, S. Tzortzis, H. Réveillas, Ph. Blanchard, M. Signoli et D. Castex

Les modalités de mise en terre des défunts et, par extension, les caractéristiques de l’appareil funéraire, sont généralement conditionnées par des usages culturels, lesquels diffèrent selon les lieux et les périodes. Les pratiques prévalant dans un contexte chronoculturel donné peuvent toutefois être ponctuellement modifiées lorsque la communauté fait face à certains évènements particuliers. C’est notamment le cas lors d’épidémies, l’accroissement substantiel du nombre de décès rendant souvent impossible le strict maintien des pratiques funéraires usuelles et imposant parfois que l’on recoure à l’inhumation simultanée d’un nombre variable de cadavres au sein d’une même fosse. Ces tombes multiples, si elles diffèrent du plus grand nombre, n’en demeurent pas moins creusées et aménagées selon un mode opératoire déterminé et sont, au même titre que toute autre sépulture, le siège de gestes qui peuvent être révélés par l’archéologie. Elles peuvent donc, elles aussi, constituer le support d’une réflexion typo-chronologique. Cette communication contribuera à cette réflexion en illustrant la diversité des tombes constituées en temps d’épidémies, sur la base de l’étude d’un nombre conséquent de structures d’enfouissement de leurs victimes. Elle s’attachera à en proposer une catégorisation typologique, fondée sur divers critères tels que les caractéristiques des creusements (p. ex. fosses ou tranchées), la nature des éléments constitutifs de l’appareil funéraire (p. ex. tombes pourvues ou dépourvues d’aménagements architecturaux) et l’organisation interne des tombes (p. ex. corps juxtaposés ou superposés, positionnement des cadavres). L’approche diachronique présidant à l’analyse autorisera une appréciation de l’évolution typologique éventuelle de ces sépultures depuis le haut Moyen Âge jusqu’à la période moderne. La prise en compte d’un large territoire européen permettra en outre d’appréhender certaines spécificités locales ou régionales dans la manière dont les victimes de ces crises de mortalité ont été inhumées.

Retour vers le programme <<<


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.