Une pratique funéraire atypique : la persistance des architectures funéraires sous tegulae au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècles)

Mercredi 05 juin, 09h30

Une pratique funéraire atypique : la persistance des architectures funéraires sous tegulae au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècles)

A. Civetta et A.-G. Corbara

La fouille du cimetière médiéval associé à la première cathédrale de la ville de Nice a permis de mettre en évidence plusieurs phases d’inhumations bien datées, à la fois par chronologie relative et par radiocarbone. De ces découvertes, une première chrono-typologie a ainsi été réalisée. Elle a permis de mettre en évidence un horizon funéraire composé essentiellement de tombes sous tuiles en bâtière dont les datations sont comprises entre la deuxième moitié du XIe s. et le milieu du XIIIe s.

Cette pratique, essentiellement connue à partir du IIIe s. de notre ère pour disparaitre peu à peu au IXe s., se révèle très originale par rapport à ce qui est couramment usité en Provence occidentale entre le XIe s. et le XIIIe s. D’autant plus que les observations de terrain montrent que cette pratique ne semble pas être restée dans les traditions funéraires locales. En effet, ces niveaux d’inhumations se situent sur des coffrages maçonnés et non maçonnés dont l’architecture correspond en tout point à la chrono-typologie établie par Collardelle et al. en 1996. Le cas de Nice est unique par la concentration de ces structures en tuiles et leur emploi quasi exclusif pendant une période spécifique. Cette phase d’inhumation est toujours en cours de fouille et, à ce jour, une trentaine de sépultures sous tuiles ont déjà été fouillées. D’autres occurrences plus anecdotiques ont été observées en Corse, dans les Alpes de Haute-Provence ou encore en Ligurie. Ainsi récemment, en Corse, plusieurs attestations tardives de tombes sous tuiles, datées par radiocarbone, ont été mises en évidence dans les cimetières médiévaux associés aux cathédrales d’Ajaccio et de Mariana. L’usage des architectures en tegulae semble persister jusqu’au XIIIe siècle, alors que la typologie principale retrouvée à cette période sur l’île est celle des architectures en pierre ou des tombes en fosse simple. Quant aux autres cas recensés dans le reste du bassin méditerranéen nord-occidental, ils restent pour l’heure ponctuels et circonscrits au sud-est de la France et au nord de l’Italie.

Nous proposons dans cette communication d’examiner les cas jusqu’ici attestés de cette pratique funéraire atypique et ses caractéristiques. Cette singularité à l’échelle du bassin méditerranéen nord-occidental montre le besoin de multiplier les approches typo-chronologiques, à la fois au niveau local et régional. L’approche de ces spécificités à l’échelle locale ou circonscrite à une petite zone d’un plus vaste ensemble est de tout intérêt dans l’appréhension des influences culturelles, des rythmes de transmission et de leur intégration dans les pratiques funéraires. En outre, elle montre la nécessité d’un renouvellement des connaissances et des datations, de l’établissement de synthèses régionales systématiques, qui sont les objectifs proposés par ce colloque.

Retour vers le programme <<<


Voir aussi :

Typo-chronologie des inhumations du Haut-Empire à l’époque contemporaine en PACA. Où en est-on 25 ans après la dernière synthèse régionale ?

Du tafoni à l’arca : inhumer en Corse du Mésolithique à l’Époque moderne

Sépulture sous tuiles en bâtière T209, colline du château, Nice (06) © A. Civetta/SANCA)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.