Typologies des structures d’inhumation collective et chronométrie. Les sites funéraires du IIIe – IIe millénaire cal BC du bassin nord occidental de la méditerranée

Mardi 04 juin, 17h00

Typologies des structures d’inhumation collective et chronométrie. Les sites funéraires du IIIe – IIe millénaire cal BC du bassin nord occidental de la méditerranée

X. Clop, T. Majó, B. Bizot, N. Bec Drelon, M. Le Roy et A. Schmitt

Une première recherche sur la chronologie des différents types de sépultures collectives datées entre la deuxième moitié du IIIe millénaire et la première moitié du IIe millénaire cal BC, a été menée dans la région de la Catalogne, au nord-est de la péninsule ibérique. Ce travail a fait l’objet d’une présentation au colloque «Iber-Crono. Cronometrías para la historia de la Península Ibérica» (Barcelona, le 17-19 octobre 2016).

Pour cette période, même si elle n’est pas exclusive, c’est la pratique de l’inhumation collective qui est la mieux documentée. La caractéristique la plus remarquable de ces sites funéraires est la diversité des structures qui accueillent les dépôts collectifs constitués de plusieurs individus déposés successivement, même si des exemples de dépôts simultanés ont aussi été identifiés. Quatre grands types se distinguent : les grottes/abris, les fosses, les structures mégalithiques et les hypogées. Chaque type révèle souvent des morphologies complexes, tel que les grottes ou abris aménagés par des structures secondaires (murs, délimitations, etc.), des fosses incluant des niches ou cavités, des structures mégalithiques de forme diverse (avec ou sans allée, couverture de dalles, tumulus, etc.). Cette diversité typologique des structures est probablement le reflet de spécificités funéraires des communautés préhistoriques. L’objectif de notre première recherche sur les sites catalans avait pour objectif de compiler l’ensemble des datations absolues disponibles (35 sépultures collectives avec 84 dates) pour cette période et de procéder à leur traitement statistique, afin d’évaluer la qualité de l’information et d’élaborer des hypothèses sur la synchronie ou diachronie d’utilisation de ces unités funéraires.

Les résultats ont montré des coïncidences temporelles entre les différents types de sépultures ainsi que l’évolution de certaines d’entre elles ou encore la disparition de quelques autres au cours de la période étudiée. La même méthodologie a été appliquée à 52 sépultures collectives (77 dates) du même horizon chronologique, situées dans le sud-est de la France (Auvergne Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur). L’objectif est de comparer les typo-chronologies architecturales des deux versants pyrénéens afin d’évaluer les éventuelles aires d’influence entre les deux zones et les spécificités de chacune. Si la variabilité des types de sites constitue autant de choix funéraires et culturels des sociétés néolithiques, elle est aussi le reflet des spécificités géographiques et géologiques propres à chaque région. L’analyse de ces données typo-chronologiques à l’échelle du bassin nord occidental de la Méditerranée autorise quelques hypothèses sur l’évolution globale du phénomène des sépultures collectives du Néolithique récent/final au Bronze Ancien.

Retour vers le programme <<<

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.