S.219, « Le Grand Brelay », Déols (36)

Identification du site et de la sépulture : S.219, « Le Grand Brelay», Déols

Département : Indre

Datation de la sépulture : 721-887 (haut Moyen Âge)

Références bibliographiques :

Fouillet 1999
Fouillet N. – Un habitat rural du haut Moyen Age à Déols, Revue archéologique du Centre de la France, 38, pp. 169‑194.
Gaultier 1998
Gaultier M. – Le site du haut moyen-âge des « Grands Brelay » à Déols (Indre), Bulletin de liaison du Gaafif, acte de la Rencontre Autour Cercueil, bulletin spécial, 2, pp. 57‑62.


Le site de Déols « Le Grand Brelay » a été fouillé en 1996 par une équipe dirigée par N. Fouillet (Afan). Plusieurs occupations successives ont été identifiées : protohistorique, antique, du haut et du bas Moyen Âge. L’occupation la plus importante en nombre de vestiges est celle d’un habitat rural du haut Moyen Âge, entre le VIIe et le Xe siècle (Fouillet 1999). Quatre sépultures (3 adultes et 1 immature) et une fosse, contenant les os de 2 individus en position secondaire, peuvent être associées à cette occupation. Elles sont localisées en bordure ou dans le fossé bordier d’une voie traversant le site.

La sépulture 219 a livré le squelette d’un adulte âgé en décubitus, tête au nord, qui présente de nombreuses dislocations et un mouvement général des os vers le plan sagittal. En l’absence de tout mobilier datant, une datation radiocarbone permet d’attribuer cette tombe à une fourchette de datation comprise entre 721 et 887 cal. AD (95,4 % proba).

Une description complète de la position des os est consultable dans la première publication de cette tombe (Gaultier 1998 : 60‑61), mais on notera ici le resserrement des membres inférieurs avec retournement en face postérieure du fémur droit, du tibia et de la fibula gauche. De même un fort effet de compression se fait sentir au niveau de la ceinture pelvienne : le coxal gauche apparaît par sa face postéro latérale, l’acetabulum étant parfaitement visible. Au thorax, même impression de compression : on peut noter le passage de l’humérus gauche par-dessus les côtes, la verticalisation des scapulas et clavicules.

Les importants mouvements osseux en dehors du volume corporel témoignent de la décomposition du corps dans un espace vide pérenne. La présence d’un contenant en bois transparaît au travers d’effets d’alignement des os à gauche et à droite. La concentration des os vers le plan sagittal indique que ce contenant avait un fond assez étroit qui évoque la forme d’une auge. Il pourrait s’agir d’une sépulture en tronc d’arbre évidé. Aucune trace ligneuse n’a été identifiée lors de la fouille, toutefois des exemples de ce type d’architecture funéraire sont conservés sur le site du cimetière mérovingien de Soyria à Clairvaux-les-Lacs (Jura, fouille P. Pétrequin, cf. Gaultier 1998). Il pourrait également s’agir d’un coffre en bois aménagé dans la fosse ou d’un cercueil en forme d’auge dont les planches auraient été assemblées à l’aide de chevilles, cordages… car aucun clou n’a été découvert lors de la fouille.

 

Pour citer cette notice :

Gaultier M., Fouillet N. « S.219, « Le Grand Brelay », Déols (36) » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 18/02/2018, https://gaaf11.hypotheses.org/554

 

Télécharger la notice au format PDF

 

Déols, « Le Grand Brelay ». S.219, effets d’alignement des os à gauche et à droite, d’après Gaultier 1998.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.