BEY 13, « Le Beyen », Juigné-sur-Loire (49)

Identification du site et de la sépulture : BEY 13, « Le Beyen », Juigné-sur-Loire

Département : Maine-et-Loire

Datation de la sépulture : 775-965 (haut Moyen Age)

Références bibliographiques :

Remy 2014
Rémy A., Juigné-sur-Loire, Saint-Melaine-sur-Aubance. Le Beyen, La Conroye. Fouille archéologique préventive, rapport final d’opération, 2 vol., Angers : Pôle archéologie – CD 49, 254 p.


Un diagnostic archéologique préalable aux travaux de contournement routier du hameau de Haute-Perche ont permis la mise au jour d’un site d’habitat du haut Moyen-Âge, au lieu-dit le Beyen, en 2010. La fouille réalisée en 2011, a permis de mettre en évidence l’évolution de cette occupation entre le Ve et le XIIe siècle. Celle-ci s’organise autour d’un parcellaire orthogonal en bordure d’un chemin. Ce parcellaire évolue avec divers aménagements, notamment un pressoir autour du VIIe siècle. Deux bâtiments, un sur poteaux l’autre sur solin de schiste, ont été identifiés. Ce dernier est doté d’un petit hypocauste daté du VIe siècle, d’une annexe et un porche. À la fin du VIIe siècle, le bâtiment est abandonné et transformée en chapelle funéraire. Elle accueille en son sein et autour près de 170 sépultures jusqu’au Xe siècle.

Les investigations menées ont permis de circonscrire de la plus grande partie de la nécropole et d’en fouiller la plupart des tombes. L’abandon relativement rapide de la nécropole fournit dès lors une photographie assez précise de l’utilisation d’un cimetière sur une période relativement courte.

Les défunts, de tous âges et sexe, sont ensevelis sans ostentation particulière mais en prenant néanmoins soin de les ensevelir dans des tombes personnelles et construites. En effet, hormis de rares cas d’inhumations en pleine terre, la quasi-totalité des défunts a été déposée dans des coffrages en schiste ardoisier, en bois ou combinant les deux matériaux. Si des recoupements entre les tombes ont pu être enregistrés, c’est la règle de la sépulture individuelle qui s’impose. Le regroupement des restes d’une quinzaine d’individus dans deux ossuaires à l’intérieur de l’enceinte formée par le bâtiment illustre bien la volonté d’une communauté d’en faire son espace funéraire principal.

Le défunt BEY 26, était déposé dans un coffrage en schiste ardoisier vraisemblablement rectangulaire à l’origine. La paroi sud était constituée d’une unique dalle tandis que la paroi nord était formée par la succession de trois dalles qui se sont affaissées. Deux dalles (pieds, tête du défunt) complètent l’architecture de la tombe.

BEY 26 était un individu adulte âgé et a été déposé sur le dos, tête orientée l’ouest avec les avant-bras sur l’abdomen. Les parois du coffrage ont exercé de fortes contraintes sur le corps ne permettant pas de trancher en faveur de l’utilisation d’un textile au moment du dépôt. Néanmoins la bascule des pieds pourtant restés en connexion incite à envisager l’hypothèse d’une inhumation habillée (chaussures). Enfin, l’examen pathologique a révélé que le rachis présentait des témoignages d’arthrose cervicale et lombaire.

Cette tombe, datée par 14C est attribuée à une fourchette s’étendant de la fin du VIIIe siècle à la moitié du Xe siècle.

 

Pour citer cette notice :

Montaudon M. « BEY 13, « Le Beyen », Juigné-sur-Loire (49), » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 18/05/2018, https://gaaf11.hypotheses.org/620.

 

Télécharger la notice au format PDF

 

Juigné-sur-Loire (49), « Le Beyen », sépulture BEY 26. © Pôle Archéologie – conservation départementale du Patrimoine – Département de Maine-et-Loire, 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.