BOU 87, « Îlot Saint-Joseph », Bouchemaine (49)

Identification du site et de la sépulture : BOU 87, « Îlot Saint-Joseph», Bouchemaine

Département : Maine-et-Loire

Datation de la sépulture : 986-1155 (Moyen Âge central)

Références bibliographiques :

Montaudon, Prigent et al. 2009
Montaudon (M.), Prigent (D.) et al. 2009, Îlot Saint-Joseph et église Saint-Symphorien, Bouchemaine, Maine -et-Loire, Rapport final d’opération, décembre 2009, 2 vol., Angers : Pôle Archéologie – CD 49.


Le projet de construction d’une médiathèque directement au nord de l’église Saint-Joseph de Bouchemaine a amené le Pôle Archéologie de Maine-et-Loire à réaliser une fouille préventive sur l’emplacement de l’ancien cimetière paroissial. Suivant les prescriptions du Service Régional d’Archéologie des Pays-de-le-Loire, les inhumations les plus tardives n’ont pas été fouillées, l’objectif de cette fouille étant de se concentrer sur les premières phases d’inhumations du cimetière caractérisées par la présence de coffrages en schiste ardoiser mais surtout de tombes rupestres, forme de sépulture jusqu’alors peu étudiée en Anjou. Ce sont finalement 88 tombes de ce type qui ont pu être fouillées.

Ces tombes étaient creusées directement dans le substrat schisto-argileux selon des plans variés mais avec le souci fréquent à défaut d’être systématique de ménager des banquettes latérales destinées à recevoir les éléments d’une couverture en schiste ardoisier, en bois ou combinant les deux matériaux. Les observations anthropologiques ont à ce titre révélé que toutes ces tombes étaient closes. La présence de logettes céphaliques ou d’un dispositif de calage de la tête a aussi fait l’objet d’un souci particulier.

BOU 87, a été déposé dans une fosse (UE 1065) dont le plan n’a pu être appréhendé dans son intégralité car la sépulture a été recoupée par des inhumations postérieures. Néanmoins, l’intégrité du corps a été respectée et nous avons pu observer un dispositif de couverture mixte (schiste ardoisier-bois). L’individu était un adulte jeune, déposé sur le dos, tête à l’ouest, les avant-bras croisés sur l’abdomen. Malgré une décomposition manifeste en espace non-colmaté, l’ensemble des connexions anatomiques ainsi que certains volumes (costal, pelvien) ont été conservés. L’utilisation d’un linceul serré est une hypothèse envisagée mais une partie des contraintes peut cependant être imputée à l’étroitesse du fond de fosse.

Cette tombe, datée par 14C est attribuée à une fourchette s’étendant de la fin du Xe siècle à la moitié du XIIe siècle.

 

Pour citer cette notice :

Montaudon M.  » BOU 87, « Îlot Saint-Joseph», Bouchemaine  » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le xx/xx/xxx, https://gaaf11.hypotheses.org/658.

 

Retour vers le programme <<<

Télécharger la notice au format PDF

 

Bouchemaine (49), « Îlot Saint-Joseph », sépulture BOU 87. © Pôle Archéologie – Conservation départementale du Patrimoine – Département de Maine-et-Loire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.