F.1000, « La Guignace », Saran (45)

Identification du site et de la sépulture : F.1000, « La Guignace », Saran

Département : Loiret

Datation de la sépulture : seconde moitié du VIIIe siècle (haut Moyen Âge)

Références bibliographiques :

Bouillon, Capron et al. 2015
Bouillon J., Capron F. (dir.), Bocquet-Liénard A., Chaudriller S., Coubray S., Deloze V., Frère S., Jesset S., Liévaux N., Vanderhaegen B., Warmé N., Wuscher P., Loiret, Saran, Ancienne route de Chartres, au lieu-dit «La Guignace» – (Zone sud et zone nord) Une extension nord au complexe artisanal potier de Saran «La Médecinerie» (VIe -Xe siècle), 2 volumes, Rapport de fouille, Pantin : Inrap Centre Île-de-France.


Cette sépulture est issue d’un ensemble funéraire associé aux structures de production potière du haut Moyen Âge de Saran. Cet ensemble est composé de trois sépultures. Parmi elles, F.1000 se distingue des autres car l’inhumation a été pratiquée dans un coffrage de tuiles.

La fosse sépulcrale, creusée dans le comblement de la chambre de chauffe d’un four de potier, est de plan ovale. La longueur conservée est de 1,52 m pour une largeur de 0,40 m. Fortement arasée, elle est conservée sur une profondeur d’une quinzaine de centimètres.

Le défunt a été déposé dans un coffrage, constitué de tuiles placées de chant. De nombreux fragments de tuiles ont été déposés entre le bord de la fosse sépulcrale et le coffrage afin de maintenir en place ce dernier. Le fond de la fosse n’est pas aménagé : le creusement s’est arrêté sur les tuiles de trois supports de charge du dispositif interne du four. Les tuiles utilisées pour le contenant ne se distinguent en rien de celles utilisées dans d’autres constructions. Il ne s’agit donc pas d’une création spécifique pour un usage funéraire. Le long des bords nord et sud, les faces inférieures des tuiles sont tournées vers l’intérieur du contenant probablement pour créer une paroi lisse. Les faces supérieures, avec les rebords, sont donc tournées vers l’extérieur, à l’exception du crâne. La tuile située en amont de celui-ci est la seule du coffrage dont les rebords se trouvent vers l’intérieur du contenant, créant ainsi un aménagement céphalique. Le bord nord du coffrage s’aligne sur le rebord nord de la tuile encadrant le crâne, alors qu’au sud un fragment de tuile a été ajouté. Le bord sud s’aligne transversalement à ce fragment augmentant la largeur du coffrage.

La forte contrainte au niveau du cou pourrait suggérer que la longueur du coffrage n’est pas adaptée au défunt. Toutefois, en l’absence du bord est de cette tombe, il n’est pas possible de valider cette hypothèse.

La question de la couverture de cette tombe se pose aussi. La découverte, au sud de la sépulture, et en cours de fouille, de plusieurs tuiles en position oblique à l’aplomb du défunt pouvait évoquer une couverture en bâtière. La cavité glénoide de la scapula droite est directement au contact d’une tuile affaissée, la bascule de cette tegula a dû provoquer le déplacement de l’ensemble scapula et humérus originellement plus ou moins en face antérieure et retrouvée en face postéro-latérale. Toutefois, les tuiles verticalisées au nord contredisent cette hypothèse. D’autres tuiles ont été déposées à plat sur ces dernières ; non jointives, elles ont ménagé par endroits des espaces vides et, à d’autres, elles ont permis l’infiltration de sédiments. Les tuiles sud se sont ensuite affaissées.

Cette sépulture est attribuée à la seconde moitié du VIIIe siècle. Elle est datée par radiocarbone (pics à 68,2% de probabilité indiquant plus certainement le VIIIe siècle : 680-725 et 740-770), par le type des mobiliers (tegulae et poterie) et par la mise en phase du site. Cette mise en phase intègre la datation des éléments du four antérieur à la sépulture, production céramique et analyses archéomagnétiques, qui livrent un fonctionnement à la fin du VIIe -tout début VIIIe siècle.

 

Pour citer cette notice :

Capron F. et Liéveaux N., avec la collaboration de Bouillon J., « F.1000, « la Guignace », Saran (45) » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, date publication format 02/08/2018, https://gaaf11.hypotheses.org/804.

 

Télécharger la notice au format PDF

 

Vue générale de la sépulture F.1000. © N. Liéveaux, Inrap, 2013.

 

Le coffrage F.1000, en haut du cliché, est installé dans le comblement du four F.986 sur les trois supports de charge dont les symétriques, en bas du cliché, sont observables dans la moitié fouillée. © P. Juge, Inrap , 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.