Sep. 101, « Au Chemin Perdu », Lesquin (59)

Identification du site et de la sépulture : Sép. 101, « Au Chemin Perdu », Lesquin

Département : Nord

Datation de la sépulture : 520-570 (haut Moyen Âge)

Références bibliographiques :

Deflorenne, Quérel et al. 2015
Deflorenne (C.) dir, Quérel (P.) avec la collaboration de Bardel (D.), Blet-Lemarquand (M.), Bossut (D.), Bostyn (F.), Clavel (B.), Clerget (J.), Deschodt (L.), Desoutter (S.), Dietrich (A.), Doyen (J.-M.), Fechner (K.), Hanot (P.), Henton (A.), Kacki (S.), Lançon (M.), Lantoine (J.), Leriche (B.), Medard (F.), Noterman (A.), Oudry (S.), Routier (J.-C.), Sarah (G.) et Vincent (V.)., Lesquin, Chemin de Merchin, Chemin des Loups (Zone 2). La nécropole mérovingienne du Hameau de Merchin (fin Ve s-déb. VIIIe s.), Rapport Final d’Opération de fouille archéologique, Villeneuve d’Ascq : Inrap Hauts-de-France, 1052 p., ill., pl., tab.
Deflorenne 2015
Deflorenne (C.). — Villeneuve d’Ascq, La Haute Borne – Lesquin, Au Chemin Perdu, Dossiers du programme européen “Rural Landscape in north-eastern Roman Gaul, Workshop 1 « Établissements ruraux du Nord et de l’Est de la Gaule : données récentes », 24-25 mars 2014, Paris, INHA, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01148553


Orientée sud-nord, la chambre funéraire 101 est inscrite en limite nord-est de la nécropole de Lesquin. Elle mesure 2,08 m de long pour une largeur de 1,64 m. Elle est profonde de 1,06 m.

L’aménagement se fait par assemblage simple. Il renferme un coffrage (L. 1,35 m, l. 0,56 m). Les madriers longitudinaux (O/E : L. 2,06 m, l. 0,085 m ; L. 2,08 m, l. 0.074 m) recoupent les madriers transversaux (N/S : L. 1,6 m, l. 0,088 m, prof. 0,06 m ; L. 1,7, l. 0,075 m, prof. 0,05 m).

La chambre est comblée de limon brun gris mêlé à des lentilles de Bt. Les strates inférieures sont marquées par un limon gris blanchâtre lessivé et de l’argile de décomposition ainsi que les traces laissées par l’oxydation du coffrage.

 

Les indices taphonomiques, les faibles dimensions du coffrage, l’analyse anthropologique permettent de caractériser une sépulture d’immature (1-4 ans) et le mode d’assemblage de la sépulture qui trouve de nombreuses comparaisons dans le Nord de la Gaule, en Belgique, en Allemagne.

Un double espace vide est ménagé par la chambre funéraire et par le contenant en bois. L’absence de clou d’assemblage des éléments du coffrage suppose une liaison au moyen d’éléments périssables (tenons, mortaises, chevillage…). L’absence de calage et de précision des ajustements aux angles abondent l’hypothèse.

 

L’individu est inhumé dans une chambre funéraire fermée par un couvercle en bois et reposant sur un plancher sur lequel était déposé un coffrage interne.

 

Le couvercle : aucune trace organique laissée par un couvercle n’est attestée à la fouille dans la stratigraphie de la structure. Toutefois, sa présence ne fait aucun doute. Les déplacements des objets dans l’espace de la tombe indiquent un certain temps avant l’infiltration de la terre et donc le maintien d’un espace vide. Nous pouvons supposer qu’il devait se positionner a minima à ± 0,9 m au-dessus du fond de la chambre.

Le plancher : aucune trace de bois n’est conservée, toutefois la coloration du sédiment, la migration des éléments dans le sol et les poches d’oxydoréduction sous-jacentes permettent de confirmer sa présence. Une zone de sol compressé/comprimé, assez importante, souligne les quatre madriers (soubassement destiné à recevoir le plancher) et le fond de la fosse. Faute de restes organiques conservés, il est difficile de déterminer le sens de disposition des planches.

Les madriers : oa chambre reposait sur des madriers dont les empreintes nous sont parvenues dans leur intégralité. La morphologie des traces ligneuses marquant l’emplacement des éléments en bois constituant la chambre, et plus particulièrement leurs caractéristiques au niveau des angles de celle-ci, ainsi que le caractère largement rentrant des différentes parois de la fosse de réception par rapport aux angles de la chambre suggère que l’assemblage des madriers formant les parois de la structure était assuré par emboîtement simple. L’absence de clous ou d’élément de ferrure renvoie à ce mode d’assemblage.

Les parois : des traces organiques sombres sont repérées contre les parois nord, sud et est, elles attestent de la présence du coffrage. Elles sont soupçonnées sur la paroi ouest où les traces sont plus ténues. Des fragments de bois sont conservés sur la hache qui se trouvait positionnée le long de la paroi est.

L’épaisseur des planches du coffrage pourrait se situer entre 5 et 6 cm. A titre de comparaison, sur la nécropole d’Erstein (Bas-Rhin, Alsace) elles présentent une épaisseur conservée de 8 cm.

Le coffrage : le défunt est inhumé dans un contenant de bois de faibles dimensions déposé contre la paroi ouest de la chambre. La présence du contenant est attestée en fond de chambre à la cote d’apparition des mobiliers. En l’absence d’élément métallique de type clou ou ferrures, il nous est permis de supposer un assemblage par tenons/mortaises ou chevilles. Aucune trace de traverse n’est attestée sous le contenant qui reposait à même le plancher.

 

Le défunt inhumé est positionné en décubitus dorsal, orienté sud-nord, membres supérieurs et inférieurs probablement en extension. Les traces ténues laissées par les ossements se résument à des empreintes, des fantômes dont nous déduisons la position. Le défunt reposait la tête au sud. L’acidité du terrain a détérioré et fait disparaître l’ensemble du squelette ainsi que les indices secondaires, seul le crâne reste marqué.

 

Le dépôt funéraire de la chambre repose à droite du défunt. Il est composé d’une hache semi-profilée et d’une lance courte à flamme courte. La hache est positionnée tranchant vers le bas, adossée à la paroi est de la chambre, en position originelle, soit à la verticale. La position de la lance, légèrement basculée, traduit un déplacement dû au colmatage en espace vide. Nous pouvons considérer qu’elle se trouvait en position dépositionnelle originelle, soit à même le sol, dirigée vers les pieds. Sur le couvercle du coffrage contenant le défunt était déposée une céramique de type vase biconique bas. Les mobiliers retrouvés au sein du coffrage sont en position fonctionnelle. Ils sont composés de deux boucles de ceinture en alliage cuivreux présentes au niveau de la ceinture. Une aiguille en fer et un silex-amulette ont été retrouvés au niveau du thorax ; cet assemblage de mobilier a pu être contenu dans une petite sacoche en matériau périssable dépourvue d’armatures métalliques. Pour finir, un jeton monétiforme en argent a été découvert au niveau de la mandibule. Aucun dépôt de type périssable (étoffe, offrandes alimentaires…) n’a laissé de traces dans la chambre.

 

Pour citer cette notice :

Deflorenne C., Oudry S., « Sep. 101, « Au Chemin Perdu », Lesquin (59) » in Typo-chronologies des tombes à inhumation, publié le 13/09/2018, https://gaaf11.hypotheses.org/912.

Lesquin, « Au Chemin Perdu », Sépulture 101. © Alain Henton (Inrap).

 

Lesquin, « Au Chemin Perdu », Sépulture 101. Relevé schématique de la sépulture 101, © Alain Henton (Inrap).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.